Revue

N54 | 2021

Sociétés politiques comparées, 54, mai/août 2021

Varia

Une épistémologie de la « question taiwanaise ». Ce que Kinmen (Quemoy) révèle du détroit de Taiwan

Alexandre Gandil

Il est coutume de se représenter le détroit de Taiwan comme l’espace articulant les relations entre les entités circonscrites par ses deux rives : le continent chinois à l’Ouest et (l’île de) Taiwan à l’Est. Cette représentation contredit pourtant la cartographie politique réelle de la zone dans la mesure où la souveraineté du gouvernement de Taipei enjambe le détroit en s’exerçant sur l’archipel de Kinmen, situé à une dizaine de kilomètres de la ville de Xiamen (en République populaire de Chine), soit vingt fois plus loin de l’île de Taiwan proprement dite. En se fondant sur le concept foucaldien d’« événementialisation », le présent article propose d’étudier les mécanismes ayant conduit à l’invisibilisation de Kinmen dans la cartographie imaginée du détroit de Taiwan. Cette approche généalogique révèle que la « question taiwanaise » procède en réalité d’un amalgame entre deux conflits de souveraineté articulés autour du même espace maritime.

A “Universal Struggle for Life”? A Comparative Study of the Regional Reception of Darwinism among Religious Thinkers in the Second Half of the 19th Century

Sacha Aellen

Cet article analyse la réception du darwinisme chez les intellectuels religieux dans la seconde moitié du 19ème siècle, dans le monde anglo-saxon et au Moyen-Orient. L’approche comparative, comprise dans sa double signification à la fois comme opératrice d’individualisation et comme révélatrice de similarité, permet de formuler des hypothèses au sujet des implications contextuelles et générales de la théorie de Darwin. La conclusion principale est qu’au-delà du différent mode de politisation du darwinisme, associé à une dynamique de sécularisation d’un côté et à la relation au pouvoir impérial de l’autre, les idées et préoccupations exprimées par les penseurs religieux moyen-orientaux et anglo-saxons démontrent des similitudes frappantes quant à l’intensité du débat, à l’individualité de l’expérience, à l’inscription du darwinisme dans la question de la modernité, et aux types de questions fondamentales soulevées. L’idée qui sous-tend l’article est que la relation entre la religion et le darwinisme ne devrait pas être comprise comme une opposition systématique.

Charivaria

En quête d’archives audiovisuelles : un témoignage marocain

Ali Essafi

Au Maroc, les institutions publiques disposent d’un patrimoine d’archives audiovisuelles considérable, qui demeure encore difficilement accessible au public, malgré les lois garantissant les droits d’accès. Ce témoignage d’artiste tente de pister les différents sites qui abritent ce patrimoine et de mettre à plat les barrières qui empêchent d’y avoir accès. Il s’interroge sur les rapports qu’entretiennent l’État et la société civile avec la question des archives.

Relire Fariba Adelkhah pour comprendre la victoire des taliban

Fariba Adelkhah

Les distorsions que l’intervention occidentale a fait subir à la société afghane procédaient d’un effet de ciseau. D’une part, les acteurs étrangers sont demeurés prisonniers d’une approche culturaliste du pays qu’ils ont contribué à traditionaliser, et notamment à ethniciser. D’autre part, l’aide au développement a recelé un potentiel de déstabilisation de la société « traditionnelle » en en ignorant les arcanes. Cette contradiction est grosse de conflictualité dont les logiques complexes résident dans les méandres de la localité et de la segmentarité que ne pénètrent pas les acteurs étrangers. Depuis plusieurs décennies, la mobilité des populations a été le principal moyen de leur survie, voire de leur enrichissement. Face à la rareté des terres arables et à la pression démographique, il ne peut y avoir de développement de l’Afghanistan sans mobilité internationale des Afghans. Alors que le monde, depuis quinze ans, ne voit plus l’Afghanistan qu’à travers la menace djihadiste, le pays adresse à l’Europe un autre message dont l’afflux des réfugiés révèle aujourd’hui la complexité : comment concilier la formation d’un État de droit répondant aux normes internationales, générant un minimum de croissance économique et de justice sociale, avec l’impératif de mobilité des hommes et l’interaction d’une diaspora forte de plusieurs millions de personnes ?

S'abonner à Revue