Revue

N44 | 2018
 

Varia

Overcoming Institutional Voids during Market Transition: Private Sector Financing in China

Tak-Wing Ngo

Dans les pays en développement, l’absence de dispositifs institutionnels indispensables pour réguler les échanges marchands, mobiliser les ressources économiques, coordonner la mise en oeuvre des politiques et administrer les programmes de développement est récurrente. Le développement économique dépend en grande partie de la manière dont ces vides institutionnels peuvent être comblés d’une manière ou d’une autre. A partir du cas exemplaire de la Chine, cet article analyse comment des acteurs et des organismes non conventionnels comblent ces vides institutionnels et participent à l’émergence de modes de gouvernement alternatifs en négociant les règles ainsi que l’allocation des ressources, et en ajustant leurs discours avec des circuits de pouvoir formels et informels. En se penchant sur la question du financement du secteur privé, il étudie une série d’initiatives visant à remédier aux défaillances du système financier et générant des solutions innovatrices telles que des monts-de-piété, des consortiums informels d’investissement, des dépôts-ventes, des sociétés de gestion de capitaux, ou du crowdfunding. Le secteur privé, mais également des acteurs étatiques à l’échelle centrale et locale sont à l’origine de cet entrepreneuriat institutionnel. Cet article soutient que les solutions retenues dépendront des structures sociopolitiques dans lesquelles elles s’insèrent : une nouvelle pratique sera ou non institutionnalisée selon qu’elle entrera ou non en résonance avec ce contexte.

Autour des manuscrits de Tombouctou

Jean-Louis Triaud

Un état des lieux
Bien qu’ils soient connus depuis longtemps par les chercheurs, les manuscrits de Tombouctou, qui représentent plusieurs milliers de documents, pour la plupart en arabe, répartis entre une soixantaine de fonds, l’un public et les autres privés, ont retenu, depuis une vingtaine d’années, l’intérêt des médias. Les attaques jihadistes, en 2012, ont relancé les préoccupations autour de ce capital culturel. Le décalage entre le rythme de la recherche et celui de la découverte par les médias est au centre de notre analyse, qui insiste sur les conflits qui en découlent. L’exposition médiatique apporte une meilleure visibilité à ces fonds, stimule l’engagement des États et des bailleurs de fonds, tout en faisant monter les enchères locales, transformant les manuscrits de Tombouctou en objet d’ostentation, de distinction urbaine, de « business », de géopolitique, tandis que les exigences scientifiques viennent en second plan. Les travaux récents tendent, d’autre part, à réduire la centralité de Tombouctou dans la conservation des héritages manuscrits subsahariens.

Charivaria

Une lecture des migrations sahéliennes contemporaines à l’aune de la traite esclavagiste

Ibrahima Thioub

Dans le discours de réception qu’il prononça le 12 décembre 2017 en recevant le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, Ibrahima Thioub s’est appuyé sur ses travaux pionniers sur la traite esclavagiste pour décrypter la tragédie des migrations sahéliennes. Il montre comment, dans des contextes historiques radicalement différents, le moteur des migrations contemporaines demeure la demande des économies consommatrices : elles prennent appui sur des groupes locaux qui, tout à la fois, impulsent et contrôlent le commerce de longue distance. Dans son discours, Ibrahima Thioub met à nu des pratiques qui s’inscrivent dans dix siècles de trafic esclavagiste, un héritage sur lequel pèse une chape de plomb dans les récits nationaux et qui reste, dès lors, très peu interrogé.

S'abonner à Revue