Revue

N50 | 2020
 

Varia

Culture as a “Theatre of Political Confrontation”. Scientific Theories and Practices of Domination in Late Colonial Kenya

Niccolò Lucarini

La puissance coloniale est souvent comprise comme résultant d’une conjonction entre domination politique et légitimation scientifique. La fin de l’ère coloniale au Kenya est un champ possible pour éprouver de telles perspectives théoriques. En 1952, l’état d’urgence est proclamé par les autorités britanniques afin d’anéantir l’insurrection anticoloniale menée par la Kenya Land and Freedom Army, autrement appelée le mouvement Mau Mau. En s’appuyant sur les théories scientifiques coloniales et des documents d’archives récemment déclassifiés, cet article analyse le rôle crucial joué par les interprétations culturalistes et psychologisantes de ce mouvement au cours de la première partie de la contre-insurrection. Les contributions du psychiatre sud-africain John C. D. Carothers et du paléoanthropologue et colon Louis S. B. Leakey sur la vie culturelle et psychique du peuple Kikuyu ont été essentielles pour construire une sociologie dépolitisée de la révolte. Mais il reste que ce processus historique de coopération entre hommes de science et autorités coloniales a été bien plus complexe et multiple que linéaire ou mécanique et qu’il a finalement donné lieu à un diagnostic erroné du dynamisme historique à la base de l’insurrection anticoloniale Mau Mau.

À la recherche d’Alain Quellien. Une enquête en islamophobie

Jean-Louis Triaud

L’islamophobie est un thème qui est entré dans le débat public il y a une dizaine d’années. Des chercheurs ont voulu retrouver l’usage de ce terme, sa chronologie et sa généalogie. Le nom d’Alain Quellien, qui semble être l’inventeur du terme (mais non de la chose), est venu à la surface pour un ouvrage qu’il avait publié en 1910, intitulé La politique musulmane en Afrique occidentale française. Nous avons voulu étudier les conditions de production de cet ouvrage ainsi que la biographie de cet auteur, afin de mieux apprécier sa place et son rôle, parfois sur-interprétés. Comment un simple rédacteur de ministère, jeune auteur d’une thèse de droit, est devenu une figure emblématique dans l’histoire de l’islamophobie ? Tel est l’objet de cette enquête.

La souveraineté fragmentée. Intervention internationale et guerre civile en Afghanistan après 2001

Adam Baczko, Gilles Dorronsoro

Si l’État n’a jamais été un ensemble de monopoles institués, nombre d’auteurs ont montré que les formes actuelles de souveraineté vivaient une désarticulation de l’espace national, notamment du point de vue de la violence, du droit et de l’économie. Dans les guerres civiles, ces transformations alimentent deux dynamiques convergentes : la fragmentation de la souveraineté sous l’influence de l’international et l’émergence d’une souveraineté concurrente qui conteste militairement l’ordre en place. L’objet de ce texte – écrit pour exprimer notre solidarité avec Fariba Adelkhah et rendre hommage à son travail sur l’Afghanistan – est de montrer ce processus de fragmentation dans la phase d’intervention des Occidentaux de 2001 à 2014. Cette période est marquée par la multiplication des droits dérogatoires pour les internationaux, une déconstruction de l’économie de la violence et du droit et, enfin, la formation de marchés régionaux transnationaux. Ce processus de fragmentation impulsé par l’international est une cause déterminante de l’essor de l’insurrection Taliban, porteuse d’une conception étatique de la souveraineté.

Charivaria

Autonomie des individus, rapports sociaux de domination et dictatures de masse. Les apports d’Alf Lüdtke, historien braconnier

Sandrine Kott, Patrick Fridenson

Alf Lüdtke nous a quittés en janvier 2019. Il est l’un des représentants les plus connus de l’histoire du quotidien en Allemagne (Alltagsgeschichte) et a laissé sa marque dans l’historiographie française et internationale avec la notion d’Eigensinn. Cet article retrace sa trajectoire intellectuelle en mettant en avant son apport dans l’analyse de la domination comme pratique sociale et la manière dont il a pensé l’autonomie des individus dans une perspective d’anthropologie historique.

S'abonner à Revue